Centres Partenaires | Educartis

fournisseurs 1 - 10 affichés de 117 total

L'Université de Ngaoundéré est parmi les institutions d'enseignement supérieur les plus performantes au Cameroun. C'est un établissement public, scientifique et culturel doté de la personnalité morale.

Historique et Création

L'Université de Ngaoundéré est créée par décret présidentiel No 93/028 du 19 janvier 1993. Elle est issue de la transformation du Centre Universitaire de Ngaoundéré en Université.

Initialement dotée de deux grandes écoles et de quatre facultés, cette institution accueille aujourd'hui des étudiants de toutes les régions du Cameroun et des pays de la sous-région, notamment le Tchad et la République centrafricaine. De nos jours, elle dispose de quatre facultés et quatre grandes écoles, pour une population estimée à 17000 étudiants.

Missions

L'Université de Ngaoundéré a pour missions :
d'élaborer et de transmettre les connaissances;
de développer la recherche et la formation des hommes;
de porter au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès les formes supérieures de la culture et de la recherche;
de procurer l'accès à la formation supérieure à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité;
de concourir à l'appui au développement et à la promotion sociale et culturelle;
de développer la pratique du bilinguisme.

Organisation

Pour atteindre ses missions, l'Université de Ngaoundéré est constituée, sur le plan administratif, des organes de gestion et de contrôle, et sur le plan académique, des établissements d'enseignements et de recherche.

Le Conseil d'Administration est l'organe suprême de l'Université, qui assure l'exécution du plan de développement de l'Université tel que défini par le Conseil de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et Technique et arrêté par le Président de la République du Cameroun.

L'Université de Ngaoundéré est dirigée sur le plan administratif et académique, par un Recteur, nommé par décret présidentiel.

Le Recteur préside le Conseil de l'Université, instance compétente dans le domaine académique et scientifique. Il est assisté sur le plan administratif par l'Administration Centrale composée d'un secrétaire général, de trois vice-recteurs et de quatre directions. Il est dirigé par un Président nommé par le Chef de l’État.

Situation géographique

Ngaoundéré est le chef-lieu de la région de l'Adamaoua, dans la partie septentrionale du Cameroun. A partir de yaoundé, le trajet en train est de 650 km, et à partir de Garoua, le trajet par route est de 294 km. L'université est situé à 15 km du centre-ville, dans une banlieue appelée Dang. Le campus est bâti sur 1475 hectares, à la lisière du Lac de Dang (photo).

Information de contact

un@univ-ndere.cm
B.P. 454 Ngaoundéré
Tel: +23722190195, +23722190195
Fax: 237 22 25 40 01

The University of Buea was born in 1993 following wide-ranging university reforms in Cameroon. Conceived in the English-speaking tradition, the University of Buea seeks to foster the essence of that system, while situating itself within the larger bilingual and multicultural context of Cameroon. It is located in the historic town of Buea, former capital of German Kamerun, former capital of the federated State of West Cameroon and now the provincial capital of the South West Region of Cameroon. Although the University draws its students mainly from the English-speaking part of Cameroon, it also serves the other provinces of the country.

The mission of the University of Buea is to provide opportunities for quality education through teaching and research in an environment that is conducive to such pursuits and in ways that respond to market forces. The University is dedicated to the continuous quest for excellence, the promotion of moral and human values, and service to the community. Its teaching and research programmes emphasize relevance, encourage tolerance and promote creative, critical and independent thinking.

The University of Buea is dedicated to the provision of programmes of study and research of the highest standards. It also produces high quality graduates with skills to satisfy the ever increasing demand of the Cameroonian, African and international job markets. The academic staff hold advanced qualifications and several possess international reputations.

The student population is over 12,000, including over fifty who are physically and visually disabled. Adequate welfare provision for this later category of students remains both a challenge and a priority for the university administration.

The University of Buea is made up of five faculties (Arts; Education; Health Sciences; Science; and Social and Management Sciences) and one professional school, the Advanced School of Translators and Interpreters, (ASTI).

As in most English specking institutions, the governance system of the university is based on concentration and devolution of management, with structures such as Council, Senate, Congregation and Committees on which staff and students are represented. This has enabled the University to make considerable strides and to be recognized as a progressive African University of choice.

A highly qualified and diversified staff (about 300 permanent and 200 part-time) cater for the over 12,000 students, together with our partners in more than 40 universities in Africa, Europe and North America. In addition to teaching, the staff undertake research in diverse fields that are relevant to national development. In addition to the academic staff, UB also has about 473 support staff.

Training at the University of Buea is supported by modest infrastructure including lecture halls, teaching and research laboratories, amongst others. For effective implementation of the New Policy on University Governance which lays emphasis on effectiveness, efficiency and management principles based on rigor, transparency and results, the University is connected to the outside world via a fibre optic link to Camtel, a major local telecommunications company. The main campus also has a fibre optic network that interconnects most of the buildings on campus.

In keeping with the New University Governance Policy of Cameroon, the outreach activities of the University are increasingly involving the private sector in funding and training so as to ensure that the graduates are relevant to the labour market. The University of Buea provides mentorship and plays a supervisory role to several tertiary educational institutions all over Cameroon.
In view of its vision and aspiration of becoming a leading university in the quality and relevance of its teaching, research and services by 2015, the University of Buea is emphasizing sports, entrepreneurship and civics and ethics in its training programmes; and providing a healthy competitive atmosphere devoid of sex, racial and religious discrimination.

Information de contact

info@ubuea.cm
PO Box 63, 237 Buea Buea
Tel: +23733322134
Fax: 237 33 32 27 60

Historique

L’Université de Douala, à l’instar des sept (07) autres universités d’Etat du Cameroun, a été créée et organisée par le décret présidentiel N° 93/030 du 19 janvier 1993. Elle hérite des structures du Centre universitaire de Douala alors composé de l’Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC-1977) et de l’Ecole Normale Supérieure de l’Enseignement Technique (ENSET-1979), fondé le 28 avril 1977 puis transformé en Université le 13 avril 1992, à la suite du décret N° 92/74 portant transformation des Centres universitaires en Universités.

Missions

Les missions fondamentales de l'Université de Douala sont :

L'élaboration et la transmission des connaissances ;
Le développement de la recherche et la formation des Hommes ;
Le port au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès des formes supérieures de la culture et de la recherche ;
La procuration de l'accès à la formation supérieure à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité;
Le concours à l'appui, au développement et à la promotion sociale et culturelle ;
Le développement de la pratique du bilinguisme.
Etc.
Géolocalisation

L'Université de Douala est répartie sur six (6) campus :

Le campus principal (ou campus 1) situé au quartier Cité-Sic-Bassa, héberge l'ensemble des services centraux, les structures spécialisées de l'institution, la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH), la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP), la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Appliquée (FSEGA) et l'Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (ESSEC) ;
Au campus de Ndog-Bong (ou campus 2), sont logés l'Ecole Normale Supérieure de l'Enseignement Technique (ENSET), l'Institut Universitaire de Technologie (IUT), la Faculté de Sciences (FS) et, provisoirement, la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques (FMSP) qui rejoindra bientôt son site à Log-Bessu avec la FGI;
Au Campus d'Akwa on retrouve les Ecoles doctorales, le CEPAMOQ et l'Académie internet ;
Le site de Nkongsamba abrite quant à lui l'Institut des Beaux Arts (IBA) ;
Le site de Yabassi héberge l'Institut des Sciences Halieutiques (ISH) ;
Le site de Log-Bessu abrite la Faculté de Génie Industriel (FGI) et la Faculté de Médecine et des Sciences Pharmaceutiques (FMSP).
Gouvernance

Avec ses 11 Etablissements, 41.598 étudiants pour le compte de l'année académique 2012-2013, 700 enseignants et tout autant de personnels adinistratifs et d'appui, l’Université de Douala se positionne aujourd’hui comme la plus grande des Universités d’Etat du Cameroun.

Dans le cadre de la nouvelle gouvernance universitaire impulsée par le Pr Dieudonnée OYONO, l’Université de Douala se présente aussi comme leader en matière de professionnalisation avec environ une centaine de filières professionnalisantes. Un point d’honneur est mis sur la qualité de la formation de manière à offrir aux étudiants des compétences conformes aux standards nationaux et internationaux. Les programmes sont élaborés selon les canons scientifiques internationaux à l’effet de former des ressources humaines compétentes capables de relever les multiples défis qu’impose le contexte international.

1. Au niveau de la Gouvernance numérique, on peut noter :

Les préinscriptions et inscriptions en ligne ;
La publication des résultats et des notes en ligne ;
Campus arrosé par le Wi-Fi ;
Un programme ambitieux un enseignant/un ordinateur ;
La mise sur pied d’une Division des Systèmes d’Information (DSI), la toute première, dans les universités camerounaises.
2. Au niveau de la Gouvernance administrative :

Un système de pilotage et de gestion axés sur les résultats ;
La décentralisation de la gestion financière ;
3. Au niveau de la Gouvernance sociale :

Un dialogue permanent entre les différentes composantes de la communauté universitaire ;
Un Restaurant universitaire rénové ;
Une Résidence universitaire au confort indéniable ;
Une police d’assurance maladie pour tous ;
Un Centre Médico-social à la pointe ;
Des avantages spéciaux aux handicapés ;
Etc.

Information de contact

infos.udla@univ-douala.com
BP 2701 Douala
Tel: +23733401128, +23733401126
Fax: (237) 33 40 11 28

IUT Fotso Victor de Bandjoun
\- Université de Dschang

Information de contact

iutfv-bandjoun@univ-dchang.org
B.P 134 Bandjoun
Tel: +237697922938, +237695400102
Fax: 237 33 01 46 01

Institut de Beaux Arts de Foumban
\- Université de Dschang

L’Institut des Beaux-arts de Foumban (IBAF) a été crée dans le cadre de la réforme universitaire par Décret N° 93/029 du 19 Janvier 1993 portant Organisation Administrative et Académique de l’Université de Dschang. Sa mise en fonctionnement est effective depuis la rentrée académique 2009/2010.
Le bloc administratif de l’IBAF est situé à l’entrée de la ville de Foumban, du côté gauche en venant de Foumbot. Les salles de cours et les ateliers sont logés au Lycée Bilingue Sultan Ibrahim Njoya de Foumban.
L’entrée à l’IBAF se fait sur concours, ouvert à tous les baccalauréats et organisé chaque année au mois de septembre, sous l’égide du Ministre de l’Enseignement Supérieur.

Information de contact

BP. 31 Foumban
Tel: +23733483050, +23733483051

Information de contact


Située en plein cœur du campus principal de l’Université de Dschang à Dschang, chef-lieu du département de la Menoua dans la région de l’Ouest au Cameroun, la
Faculté des lettres et sciences humaines fait partie des sept établissements de cette institution créée en 1993 par décret du chef de l’État suite à la réforme qui a vu l’éclatement de la « grande » université (unique) de Yaoundé. Comme toutes les autres facultés, elle est organisée en départements dans lesquelles l’on retrouve
différentes filières de formation.
La philosophie qui guide la formation est celle de la professionnalisation, option stratégique de l’enseignement supérieur au Cameroun, du fait de l’adoption du
système Licence-Master-Doctorat (LMD) dans la mise en œuvre des curricula. En application des principes de ce système, la faculté délivre trois diplômes principaux : la Licence au terme du premier cycle étalé sur six semestres, le Master sanctionnant les études du deuxième cycle répartis sur quatre semestres et le Doctorat ou Ph.D qui couronne les études du troisième cycle qui s’étendent sur six semestres environ.
Du fait des choix stratégiques ci-dessus évoqués, chaque parcours, quelle que soit la filière choisie, comporte des unités d’enseignements fondamentaux, des unités
d’enseignements optionnels et des unités d’enseignements libres. Une unité d’enseignement comprend plusieurs cours. Dans la définition des objectifs pédagogiques, l’ensemble des cours est orienté vers la facilitation de l’acquisition des savoirs et savoir-faire précis. Sur cette base, l’étudiant pourra approfondir ces
savoir-faire dans le cadre d’une professionnalisation ou d’une semi-professionnalisation.
Au-delà de cette préoccupation commune à l’ensemble des cours et des filières de formation, les cursus sont organisés en filières classiques d’une part et en filières professionnelles d’autre part. D’où l’existence, à côté des diplômes purement académiques, des Licences et Masters professionnels dans
différents départements.
En 2013/2014, la Faculté des lettres et sciences humaines a encadré environ 5 000 étudiants. Les conditions d’encadrement académique s’améliorent chaque jour davantage avec le renforcement qualitatif et quantitatif du corps enseignant et du personnel d’appui. A titre d’illustration, à l’issue de la session de décembre 2013 du comité consultatif des institutions universitaires, au moins trois chargés de cours sont devenus maîtres de conférences; ce qui porte le nombre d’enseignements de rang magistral à une quinzaine. Au terme de la session de 2014, au moins trois nouveaux enseignants ont été promu au rang magistral.

Information de contact

udsrectorat@univ-dschang.org
B.P. 49 Dschang Dschang

L’Université de Dschang (UDs) fait partie des 08 universités d’Etat du Cameroun. Créée à la faveur de la réforme universitaire par le décret n° 93/026 du 19 janvier 1993, elle hérite de l’ex Centre universitaire de Dschang qui avait une vocation essentiellement agro sylvo pastorale. A ce jour, sept établissements y fonctionnent effectivement : la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (FLSH), la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FSEG), la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP), la Faculté des Sciences (FS), la Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles (FASA), l’Institut Universitaire de Technologie (IUT) Fotso Victor à Bandjoun et l’Institut des Beaux-Arts à Foumban (IBAF).

L’institution dispose de huit campus dans 6 des 10 régions du pays, à savoir, des antennes pédagogiques et de recherche à Bambui (Nord-Ouest), Belabo (Est), Ebolowa (Sud), Maroua (Extrême-Nord) et Yaoundé-Nkolbisson (Centre). A l’Ouest, on a le campus principal à Dschang et deux établissements à Bandjoun et à Foumban. Cette année 2014/2015, l’institution encadre environ 30 000 étudiants Camerounais et étrangers. Ces derniers sont suivis par 510 enseignants permanents, 49 attachés d’enseignement… et 583 personnels d’appui. Les permanents sont soutenus par des vacataires, surtout venant des entreprises et organisations diverses, sollicités dans le cadre de la professionnalisation.

Au regard des avis d’opérateurs économiques et des responsables d’administrations, l’on peut affirmer que la communauté est fière de la qualité de la formation proposée. L’UDs s’est en effet donnée pour but, depuis une vingtaine d’années, d’offrir une formation qui répond aux besoins de développement et de rayonnement du Cameroun à l’intérieur du pays comme à l’étranger. La poursuite de ce but est facilitée autant par l’inscription des activités académiques dans le système Licence-Master-Doctorat que par l’ancrage sur la politique de développement national exprimée dans le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE). A l’UDs, la célébration de chaque succès est une amorce de la réflexion sur les défis qui interpellent l’institution.

Des défis à relever

Parmi les défis qui seront relevés grâce aux investissements de l’Etat et avec le concours de la communauté et des partenaires, l’on peut citer : l’implémentation de la nouvelle gouvernance dans ses différents volets (académique, managérial, financier, numérique, social, etc.) ; l’accroissement des infrastructures d’accueil ; le renforcement des moyens didactiques (laboratoires et centres de documentation notamment) ; la consolidation de la professionnalisation ; l’amélioration de la mise en œuvre du système intégré de gestion des établissements du supérieur ; la promotion de l’agriculture de deuxième génération ; l’affermissement du dialogue social, de la paix et de la sérénité sur les campus ; la consolidation de l’école doctorale – spécifiquement dans le sens d’une plus grande articulation entre la recherche universitaire et les problèmes de développement ; etc. Ces défis sont courageusement affrontés au quotidien par une équipe dynamique.

Un saut qualitatif dans la gouvernance numérique

Au cours de l’année académique 2013/2014, l’UDs a fait un bond dans la gouvernance numérique. Elle entend poursuivre dans la même lancée sa modernisation numérique dans les années qui viennent. Le processus de gestion à distance sur une plateforme numérique de la scolarité des étudiants est désormais enclenché à partir des préinscriptions, inscriptions, paiement des droits universitaires, etc., en ligne. Avec sigesonline, les étudiants, tout autant que le personnel des services de scolarité des établissements et même les parents d’étudiants se sont rapidement mis à la page. L’évolution des fonctionnalités et de l’utilisation de la plateforme conduira vers d’autres services en ligne à valeur ajoutée pour les étudiants. Au-delà d’un site web dynamique par exemple – portail d’information par excellence de l’université – l’UDs est appelée à s’inscrire positivement dans divers réseaux sociaux qui renforcent ses liens avec cette communauté d’apprenants, d’enseignants, de chercheurs et de professionnels dans divers champs d’activités.

Un renouveau de la gouvernance infrastructurelle

L’UDs célèbre depuis quelques années le renouveau de sa gouvernance infrastructurelle. A Bandjoun, un nouveau complexe administratif et pédagogique qui s’offre à la vue dès l’entrée du campus est en utilisation depuis 2014. A Dschang, l’amphithéâtre de 1000 places, qui trône désormais majestueusement sur le campus principal, entre en utilisation en 2015. Les travaux du bloc laboratoire de la FASA et du bloc décanat inter facultaire sont terminés. A Ebolowa, où il y a la filière des métiers du bois, de l’eau et de l’environnement de la FASA, l’édification des infrastructures pédagogiques et administratives se poursuit sereinement. A Foumban, l’éblouissant complexe administratif de l’IBAF se dresse fièrement à l’entrée de la « cité des arts ». Dans les antennes, des aménagements sont faits en lien avec la sécurisation foncière. A Maroua, le tout premier Centre d’études pour l’environnement et le développement du Cameroun a repris pleine vie avec la nomination, par le ministre de l’Enseignement supérieur, d’une nouvelle chef d’antenne. Il en est de même pour le CRESA-Forêts Bois de Yaoundé-Nkolbisson où le nouveau chef d’antenne redynamise autant les programmes d’enseignement que les pratiques d’hygiène et de salubrité pour protéger le patrimoine. Bambui, aussi, subit une cure de jouvence avec le point d’honneur mis par la chef d’antenne sur l’entretien curatif des infrastructures qui accueillent les élèves-ingénieurs lors de leurs stages écologiques.

La professionnalisation à la croisée des initiatives

L’UDs poursuit sa logique de professionnalisation des enseignements. En dehors de la FASA, de l’IUT et de l’IBAF dont la vocation est la formation à des métiers, toutes les facultés (FLSH, FSJP, FS, FSEG) ont de multiples formations professionnelles de niveau licence et/ou master. Toutes ces formations sont consultables sur le site web de l’UDs, www.univ-dschang.org, qui diffuse par ailleurs des informations générales sur les activités de l’institution. Au sujet de ces filières professionnelles, celle qui était sous les feux de l’actualité au 1er semestre 2014, c’est la filière « sciences biomédicales » de la FS qui forme pour des masters de pharmacie et de kinésithérapie en délocalisation des universités italiennes. La première partie de la formation (3 semestres) a lieu à Dschang et la seconde (3 semestres) en Italie. La promotion inaugurale des 17 élèves-pharmaciens est allée terminer les études dans les universités de Camerino et d’Urbino en fin février 2014. L’UDs assure par ailleurs la tutelle académique d’une trentaine d’Instituts privés d’enseignement supérieur.

Le GIE/UDs, une interface entre l’université et la société

Pour donner pleinement leur sens à ses efforts pour le progrès, l’UDs articule la formation et le développement. C’est dans ce sens et, subsidiairement, dans l’espoir d’ouvrir des possibilités de ressources additionnelles faire plus efficacement face aux pesantes charges de l’institution, que le Groupement d’Intérêt Economique (GIE) créé en 2006 a été revigoré. A l’intérieur de l’université, le GIE a rationnalisé l’exploitation de certains capitaux jadis immobilisés (fermes, matériel roulant, équipements fixes, etc.). Il a constitué un pool d’experts intervenant dans des domaines très variés. Hors de l’UDs, le GIE appuie le gouvernement dans de nombreux projets et sait se mettre au service des populations pour contribuer à leur développement. A travers cette organisation, l’UDs voudrait se positionner désormais, entre autres, comme un centre d’excellence pour l’économie verte et le développement durable.

In fine, l’Université de Dschang qui, comme toutes les autres universités d’Etat, remplit des missions d’enseignement, de recherche et d’appui au développement, entend ainsi apporter décisivement son concours à la poursuite de l’objectif d’émergence décliné dans cette vision : « Le Cameroun : un pays émergent, démocratique et uni dans sa diversité » à l’horizon 2035.

Information de contact

contact@univ-dschang.org
BP 96 Dschang
Tel: +23733451381
Fax: 237 33 45 13 81

Faculté de Médecine de Yaoundé
\- Université de Yaounde I

Créé en 1993 à la faveur de la réforme universitaire, cet établissement de l’Université de Yaoundé 1 a succédé au Centre Universitaire des Sciences de la Santé (CUSS). À son ouverture, le curriculum innovant du CUSS avait attiré l'attention de la communauté internationale et incité le PNUD à financer pour la première fois une école de médecine en partenariat avec l’OMS. Aussi, malgré le changement d’appellation, les six idées forces qui ont posé les fondements du CUSS constituent encore aujourd’hui la base du curriculum de la FMSB: a) la formation des personnels sur place dans les zones écologiques réelles, garante de la pertinence du choix des problèmes prioritaires de santé étudiés ; b) l’orientation de la formation non seulement vers la santé de l’individu mais aussi celle de la famille et de la collectivité ; c) la formation multidisciplinaire d’équipes de santé; d) l’enseignement intégré ; e) la nécessité de poser les bases d’une recherche opérationnelle et fondamentale pertinente ;f) la volonté d’allier des traditions d’enseignement différentes et de promouvoir le bilinguisme.

Le développement des compétences

Actuellement, les programmes de la FMSB sont orientés vers une approche par compétences. Ces compétences sont l’expertise clinique, la communication, la collaboration, l’apprentissage autonome et le professionnalisme. Pour les médecins, l’expertise clinique est la compétence centrale qui les distingue des autres professionnels.

Mission-Objectifs Institutionnels

La Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales est un établissement de l’Université de Yaoundé 1 qui a pour mission la formation de personnels de santé de haut niveau, adaptés au contexte national et international. Mais son rôle s'étend au-delà de la formation des médecins généralistes. Plusieurs autres professionnels de la santé y sont formés, notamment des médecins spécialistes, des pharmaciens, des chirurgiens dentistes, des techniciens biomédicaux et médicosanitaires.

Le profil des diplômés est celui de praticiens polyvalents nantis de solides connaissances scientifiques et d’une orientation en santé publique. Selon les disciplines, ils sont capables de prestations sanitaires sur le plan du diagnostic, du traitement, de la réhabilitation et de la promotion de la santé. Ils sont également capables de faire des propositions à visée préventive pour l’individu, la famille et la collectivité et de participer à l’éducation sanitaire des malades et de leur famille. Ils doivent pouvoir s’occuper de leur formation continue et du recyclage des personnels de l’équipe sanitaire. Ils doivent enfin et contribuer au progrès des sciences de la santé par la recherche appliquée et fondamentale.

Information de contact

facmeduyI@hotmail.fr
BP 1364 FMSB-UY1, Yaoundé, 237, Cameroun Yaoundé
Tel: +23722311224, +23722310586
Fax: (237) 22 31 12 24

Créée par Décret N° 93/036 du 29 janvier 1993, l'Université de Yaoundé I est un Etablissement Public, Scientifique et Culturel doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Elle est placée sous la tutelle du Ministère chargé de l'Enseignement Supérieur.

L'Université de Yaoundé I a pour missions :

d'élaborer et de transmettre les connaissances;
de développer la recherche et la formation des hommes;
de porter au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès les formes supérieures de la culture et de la recherche;
de procurer l'accès à la formation supérieure à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité;
de concourir à l'appui au développement et à la promotion sociale et culturelle;
de développer la pratique du bilinguisme.
L'Université de Yaoundé I comprend les Etablissements suivants :

la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines ;
la Faculté des Sciences.
la Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales.
la Faculté des Sciences de l'Éducation.
l'École Normale Supérieure.
l'École Nationale Supérieure Polytechnique.
l'Institut Universitaire des Technologies du Bois.
L'Université de Yaoundé I dispose d'une Administration Centrale et des Organes de gestion et de contrôle.

Information de contact

cuti@uy1.uninet.cm
Joseph Tchooungui Akoa, Yaounde, Cameroon Yaoundé
Tel: +23722221320